Parmi les trente cinq exercices de base que compte notre discipline 1, voici l’un des sept exercices-bases cognitifs de la neuroconnectique fonctionnelle.

 

Neurofonction 13 → tenter d’auto-observer, d’habiter, de piloter les personnages psychosociaux générant les rôles se jouant en nous sous leur aspect structurosyntaxique (la pensée structurée d’un chercheur, d’un directeur, d’un haut fonctionnaire diplomate, d’un avocat d’affaires… en laquelle chaque détail est choisi, symboliquement choisi et associé avec un autre – ou au contraire la pensée « laisser-aller », déconcentrée d’un vagabond, d’un maraîcher vendeur de tomates, d’un petit employé parlant de tout, de rien, de n’importe quoi n’importe comment et à n’importe qui, en répétant ce que disent ceux qui pensent afin d’avoir l’air de penser, où n’importe quel mot 2 est employé, répété machinalement, malassocié 3 ; degré d’« humidité », théâtralisation de la personnalité par la voie cognitive. Programmé le samedi, cet exercice-base oriente ce jour tel une journée qui soit, sur le plan conceptuel (ici principalement intellectuel), cognitivement « théâtrale ».

 

 

1 L’enseignement de la neuroconnectique, quant aux travaux dirigés présentant aux étudiants des neurofonctions à auto-observer afin d’étudier neurofonctionnellement la « machine » biologique et psychologique en laquelle nous nous réveillons chaque matin, propose vingt et un (21) « exercices-bases » (soit vingt et une neurofonctions… simples) pendant les deux premières années d’étude de la discipline, auxquelles s’ajoutent quatorze (14) neurofonctions complexes (revêtant l’allure structurale de neuroconnexions) pendant la cinquième année d’étude de la discipline ; à l’issue de quoi, dès la sixième année, les études portées au programme de l’école doctorale proposent, selon les orientations des étudiants-chercheurs, des neurofonctions complexes « normales » (prolongeant celles déjà explorées, pour qui vise le « jeunissement » : les neurofonctionnalités auto-réparatrices par exemple) ou des neurofonctions complexes « spéciales » (innovant depuis celles déjà explorées, pour qui vise l’exploration de neurofonctionnalités créatrices par exemple). Dans ce dernier cadre, le total de neurofonctions expérimentées lors du cursus ne dépasse pas la soixantaine.

2 Les mots que notre bouche prononce et que notre région de Broca « pensent » sans nous ou avec nous, machinalement ou en conscience, méritent d’être auto-observés comme étant des marqueurs du rôle intellectuel – voire conceptuel – se jouant en nous, par nous. « La représentation du sens d’un mot mobilise plusieurs ensembles distribués de neurones correspondant à des traits qui caractérisent le sens de ce mot. Par exemple ici le mot « téléphone » est supposé activer les neurones présents dans des territoires spécialisés dans l’action motrice, la sensibilité tactile et kinesthésique, la forme et, bien entendu, l’audition (neurosémantique théorique : modèle d’accès aux représentations sémantique de compréhension des mots d’après D. A. Alport, « Distributed memory, modular systems and dysphasia », S.K. Neuman, R. Epstein ed., Curent Perspectives in Dysphasia, Edimbourg, Churchill Livingstone, 1985). (…) la synchronie révélerait la liaison entre neurones, mais n’en serait pas nécessairement la cause. » Jean-Pierre Changeux, L’homme de vérité, chapitre 2, « Jeux cognitifs et sélection des connaissances ».

3 Cet exercice expérientiel activerait, parmi les aires cytoarchitectoniques brodmanniennes, outre l’aire dite « de Wernicke » (Br 22 et voisines, traitant de l’entrée neurocomputationnelle : le langage lu et compris) et l’aire dite « de Broca » (Br 44 et sa voisine, Br 45, traitant de la sortie neurocomputationnelle : le langage produit), les aires Br 39 et 40 (gyrus angulaire et supramarginal) situées dans notre lobe pariétal.

4 L’enseignement de la neuroconnectique propose vingt et un (21) « exercices-bases » (soit vingt et une neurofonctions… simples) pendant les deux premières années d’étude de la discipline, auxquelles s’ajoutent quatorze (14) neurofonctions complexes pendant la cinquième année d’étude de la discipline…

Copyright : Daniel-Philippe de Sudres pour la création du texte, Serge Lescaroux, Aubry Moret et al. pour sa discussion, rédaction définitive, présentation et diffusion internautique. Dépôt légal 1er trimestre 2015. Loi du 11 mars 1957. Art. L122-415 et L335-2 du code de la propriété intellectuelle.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      Contact